Entre les critères à prendre en compte (année de naissance, nombre de trimestres, possibilités de départ anticipé…) et les réformes qui modifient régulièrement l’âge du départ à la retraite, vous avez peut-être du mal à savoir quand vous allez pouvoir quitter la vie active : Les pistes pour vous y retrouver.

En fonction de votre année de naissance

L’âge pour toucher la retraite de base est fixé à 62 ans pour les personnes nées après 1954. Vous devez avoir cotisé un nombre de trimestres minimum. Si ce n’est pas votre cas, vous devrez continuer votre activité professionnelle jusqu’à avoir atteint ce nombre, ou jusqu’à 67 ans. Si vous êtes né avant le 1er juillet 1951, l’âge minimal pour une retraite à taux plein est de 65 ans. A partir de cette date et jusqu’à fin 1951, il est de 65 ans et 4 mois. Si vous êtes né en 1952, 65 ans et 9 mois. En 1953, 66 ans et 2 mois. En 1954, 66 ans et 7 mois.

Pourquoi pas la retraite progressive ?

La retraite progressive est un dispositif qui vous aide à passer en douceur de la vie active à la retraite. Vous continuez votre activité mais touchez une partie de votre retraite de base et de votre retraite complémentaire. Si vous êtes salarié du régime général, le calcul est simple : en réduisant votre temps de travail de 20 %, vous toucherez 20 % de votre pension. Vous devrez continuer à travailler au moins 40 % du temps mais pas plus de 80 %. Dans la plupart des régimes, il est possible d’opter pour la retraite progressive à partir de 60 ans.

Départ anticipé

Le dispositif de départ à la retraite anticipé pour carrière longue n’est applicable que dans certains cas. Avant tout, vous devez avoir commencé une activité professionnelle avant 20 ans. Ensuite, une durée minimale d’assurance cotisée est obligatoire. Votre année de naissance et l’âge auquel vous avez commencé à travailler ont aussi leur importance. Outre les cas particuliers (enfant handicapé dans la fonction publique par exemple) il existe d’autres possibilités pour un départ anticipé, notamment liées à la pénibilité. C’est le cas si vous avez le nombre de points nécessaires sur votre compte professionnel de prévention ou que vous avez une incapacité permanente d’origine professionnelle d’au moins 10 %, sous certaines conditions.
>  Voir toutes mes News